Caribou / photographie de Lola Mirti @La Petite invite

Vendredi 4 novembre au Bikini de Toulouse, il y avait un shaman bien au-dessus des autres (The Shoes, Pilooski…) et c’est Dan Snaith alias Caribou qui envoutait le public de la Petite invite#Nuits sonores pour un dj set autrement plus sophistiqué, inspiré et puissant que les prestations des français du programme. A la lisière de genres parfois cheesy comme le drum’n bass ou d’autres plus anciens comme l’afrobeat et en façonnant un son qui n’appartient qu’à lui, le Canadien a donné des volutes de textures ouatées et de beauté spatiale à une jeune audience qui a adoré s’y lover. Les Berlinois de M.A.N.D.Y pouvaient consciencieusement clore le bal avec leur set classique et efficace.

Le programme du festival s’est poursuivi le samedi soir à l’Opéra Bouffe avec la découverte écossaise de Warp, Hudson Mohawke et l’échappé du Club Cheval, Panteros666. Un public très jeune adepte d’un crunk dubstep débridé faisait passer les trentenaires pour des flics en civil. On pouvait trouver à redire sur la qualité technique du son dans un endroit aussi vitré et l’enchaînement un peu facile de djs davantage destiné à capter l’énergie clubesque du samedi soir qu’à satisfaire les mélomanes.

Le dimanche en revanche, on a eu le plaisir de retrouver l’inénarrable Gonzales et son orchestre de chambre à la Halle aux Grains pour une leçon de piano punk et grandiloquente, foutraque et subtile. A n’en pas douter le haut-fait de l’extension toulousaine du festival lyonnais.

Retrouvez l’entretien que nous avait accordé Caribou l’année dernière dans REDUX#35.

Caribou © Moltisanti / La Petite 2011

Gonzales © Moltisanti / La Petite 2011