Alors que le Palazzo Grassi accueille sa plus grande rétrospective, autour de la collection de François Pinault, Martial Raysse expérimente avec la drôlerie fantasque qu’on lui connaît l’insuccès de la manche dans la cité des Doges. Sur les marches du palais qui accueille jusqu’à fin novembre les œuvres de ce fier représentant des Nouveaux Réalistes.