L’artiste et tatoueur Scott Campbell a investi massivement les galeries en 2010. Art Basel Miami, exposition personnelle à New York en mai, il a connu une année exaltante. Tatoueur de Marc Jacobs ou de Courtney Love notamment, il a signé une collaboration avec Louis Vuitton, et plus récemment avec Surface to Air.

Mais s’il a gagné en audience et en respectabilité, Scott Campbell semble avoir découvert avec amertume que tout n’est pas rose dans le monde très hétéroclite de l’art contemporain. Invité par l’animateur de la galerie Vice à Mexico City à réaliser une exposition d’œuvres originales en octobre dernier, il a accepté l’offre dans l’élan de son année mirifique. Les œuvres dessinées sur des planches à billets se sont aussitôt vendues. A tel point qu’il n’en restait à peu près aucune à céder quelques jours après le vernissage.

Devant ce succès, le galeriste mexicain a insisté pour que Scott Campbell lui offre une œuvre et semble être tellement revenu à la charge que, n’y tenant plus, l’artiste américain a débarqué dans la galerie, s’est emparé avec son assistant de ses œuvres et a tout brûlé sur le trottoir. Un droit de suite plutôt radical !

Et qui nous fait penser que Scott Campbell apprécierait le concept de notre exposition Burning Ink (à Paris au printemps dernier et bientôt à New York et à Berlin) qui consiste à brûler toutes les œuvres exposées au bout de trois semaines, leur offrant comme seule survie la possibilité d’être tatoué sur la peau de leurs acheteurs. Ou alors est-ce un appel du pied de la part de l’artiste new-yorkais pour nous rejoindre ? Quoi qu’il en soit, on serait ravi de l’accueillir.

Pour en savoir plus, lire les article de The Excellent People et de la MJC :

http://theexcellentpeople.wordpress.com/2010/11/08/lessons-in-excellency-artist-scott-campell-vice-gallery-in-mexico-city/

http://www.lamjc.com/Scott-Campbell-Mexico-City-Show