Grands formats à la plasticité captivante et à la composition rigoureuse, les photographies de Marie Bovo ne badinent pas avec la notion de série. D’une grande cohérence picturale, ses tirages ilfochromes marouflés sur aluminium abordent l’architecture par le détail, observent le paysage par les changements d’heure et, dans leur fausse répétition, prouvent que même les murs et les pierres changent. Cours intérieures (2008-2009) inventorie à différentes heures du jour et de la nuit (comme pour sa série Bab-el-Louk) des patios d’habitations communes saisis en contre-plongée totale. Grisailles (2010) se rapproche encore davantage de l’architecture en s’attachant à des plafonds vieillis, presque décrépis, peintures à l’expressionnisme abstrait dont les aléas ont été créés par la vétusté, l’humidité, l’abandon. Ces deux dernières séries seront présentées à partir du 8 septembre à la Galerie Kamel Mennour, respectivement au 60, rue Mazarine et au 47, rue Saint-André-des-arts.

 

Marie Bovo, Tirage ilfochrome marouflé sur aluminium 120 x 152 cm © Marie Bovo Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Marie Bovo, Tirage ilfochrome marouflé sur aluminium 120 x 152 cm © Marie Bovo Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Marie Bovo, Tirage ilfochrome marouflé sur aluminium 161.5 x 130 cm © Marie Bovo Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Marie Bovo, Tirage ilfochrome marouflé sur aluminium 161.5 x 130 cm © Marie Bovo Courtesy the artist and kamel mennour, Paris