C’est son grand retour à Paris où il a vécu au mitant des années 2000 : Alberto García-Alix est à l’honneur de la Maison européenne de la photographie (MEP) avec « De faux horizons » (Horizonte Falso) à partir du 22 octobre.

Organisée avec le soutien de ses galeries parisienne et madrilène (kamel mennour et Juana de Aizpuru), cette exposition constituée de tirages inédits est un récit visuel fait de portaits et autoportraits mais aussi de photographies de paysages et de motifs plus abstraits, objets de ses recherches et de ses voyages au cours des dix dernières années. Une vision d’un monde très personnel, parfois à la lisière du rêve, où toujours les images se composent avec désir. Une œuvre que l’on découvrira sous un angle peut-être moins autobiographique qu’on a toujours voulu le voir de ce côté-ci des Pyrénées. Au cœur de ces séries q’un nouvel ouvrage à paraître doit réunir, sa passion pour la moto, son « véhicule de toujours« , qui lui permet d’affirmer encore davantage sa dimension de plasticien.

En parallèle, la galerie kamel mennour consacrera au photographe espagnol une exposition personnelle à partir du 17 octobre.

« De faux horizons » d’Alberto García-Alix du 22 octobre 2014 au 21 janvier 2015 à la Maison européenne de la photographie au 5/7, rue de Fourcy, Paris 4ème.