Depuis 2002, Redux est une revue imprimée sur papier distribuée gratuitement en réseau national et sélectif. Une nouvelle direction artistique à chaque édition. Une publication Collectif Combo.
Monthly archive août 2011
La Guerre est déclarée

La Guerre est déclarée

Parfois, il ne faut pas avoir peur des films qui nous ressemblent. A force d’en avoir entendu parler, ou que l’on leur ait, par trop d’articles élogieux et maladroits, rabâché la fin de cette histoire poignante, beaucoup n’auront pas envie d’aller voir La Guerre est déclarée de Valérie Donzelli (et ils auront tort). Le deuxième...
Funkfu new collection

Funkfu new collection

Funkfu, directeur artistique de REDUX#14 (décembre 2004), a sorti une nouvelle collection de t-shirts au graphisme aussi varié que décalé… http://funkfu.net/
Terrible Angels / Time of the Assassins de Charlotte Gainsbourg

Terrible Angels / Time of the Assassins de Charlotte Gainsbourg

Le diptyque vidéo de Charlotte Gainsbourg réalisé par Nathalie Canguilhem et éclairé par Martial Schmeltz vient de sortir… Who’s bad?
Nouvel album en octobre pour Feist et premier titre en écoute

Nouvel album en octobre pour Feist et premier titre en écoute

La chanteuse canadienne Feist sortira son nouvel album Metals le 4 octobre aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni. Un premier titre est en écoute ici et on peut suivre le mini-site et les aventures du making of sur http://www.listentofeist.com/ How Come You Never Go There by Feist
The Place To Be ? c'est chez Jean-Michel !

The Place To Be ? c’est chez Jean-Michel !

L’illustrateur Jean-Michel Tixier qui avait signé la direction artistique de Redux#16, prépare sa nouvelle exposition « The Place To Be » . Elle ouvrira le 2 septembre au pop up store Sergeant Paper (c/o galerie Issue) à Paris. L’occasion de redécouvrir un dessinateur inspiré qui a signé les couvertures de Syd Matters, Octet, Chloé, Sébastien Tellier, entre autres…...
Marie Bovo et ses lumineuses Grisailles

Marie Bovo et ses lumineuses Grisailles

Grands formats à la plasticité captivante et à la composition rigoureuse, les photographies de Marie Bovo ne badinent pas avec la notion de série. D’une grande cohérence picturale, ses tirages ilfochromes marouflés sur aluminium abordent l’architecture par le détail, observent le paysage par les changements d’heure et, dans leur fausse répétition, prouvent que même les murs et...